Brèves | Société

Lutte contre la Cybercriminalité : des avancées en matière de législation.

 Posté le 27/06/21 à 08:49  |   75 fois déjà  | 

(c) Photo. Pixbay.com
(c) Photo. Pixbay.com

L' Association Gabonaise de Droit Pénal a organisé récemment à Libreville, une conférence-débat pour sensibiliser le public sur les enjeux de la lutte contre la cybercriminalité.

Le 25 juin dernier à Libreville, la Maison des Avocats a servi de cadre aux membres de l'association gabonaise de Droit Pénal pour attirer l'attention du public sur la menace croissante que constitue la cybercriminalité en cette ère du numérique et des objets interconnectés. La nouvelle forme de crime basé sur l'informatique et l'utilisation d'Internet touche en effet beaucoup d'internautes et a des conséquences financières désastreuses, avec un impact sur les procédures d'investigation.

De l'intérêt d'une telle rencontre, Théophile Mangala, docteur en droit public, a rappelé qu'« il était bon que cette conférence ait eu lieu à la Maison des Avocats pour pouvoir discuter et faire prendre conscience des enjeux liés à la lutte contre la Cybercriminalité, en raison de la particularité  d'Internet qui n'est pas utiliser sur un territoire mais sur plusieurs,  et pose la problématique à la fois de l'enquête et de la poursuite à l'égard des cyber-délinquants. Donc nous avons eu cette conférence pour attirer l'attention des uns et autres sur le fait que le numérique, Internet en particulier, est un art de vie qui nous intéresse et nous passionne mais il faut que nous sachions qu'Internet est aussi un danger car il est devenu le terreau d'une nouvelle forme de délinquances appelé Cybercriminalité »

Les organisateurs de la rencontre ont ainsi édifié les utilisateurs d'Internet à la fois sur les dangers et sur la nécessité de la protection des données personnelles et celles des entreprises. Les hackers passent en général par les intrusions des virus à travers les spams, le partage, le sabotage, l'atteinte à la vie privée et le vol pour affecter notre environnement socioéconomique.

Pour s'attaquer au fléau, l'État avait justement mis en place des mesures législatives et réglementaires, suivi de la création d'un tribunal spécialisé pour rendre effective ces mesures légales qui en fait, s'appuient sur les aspects techniques pour sécuriser les données; à ces précédentes mesures s'ajoute le volet éducation en direction des populations en vue de les munir des comportements qui les mettent à l'abri des actes des cybercriminels commis sur les réseaux sociaux et autres. « je suis heureux que l'État en 2019 ait pu introduire dans le code pénal la notion de Cybercriminalité », s'est réjoui le Dr Magala.
 
Au plan mondial, il y'a des discussions sur cette question et le Gabon ne peut rester en marge. Retnons qu'en 2011, la commission nationale de données à caractère personnel avait été créée avec pour mission la protection les données personnelles.

Egalement dans Société
A Regarder

arise